4ème journée de Championnat de France: Paris Cockerels, rapaces contre gallinacées = match au sommet.

hawks_vs_paris

Les Hawks avaient mis un ultimatum au soleil pour apparaitre en ce 8 Mars pendant toute la durée du match. Croyez-le ou pas, au moins, il était là. On a bronzé donc et pas qu’un peu. Tout le monde peut fièrement exhiber la trace de son marcel (notamment Marco au Snapper, mais on reviendra sur ce point plus tard).

Match donc, et pas des moindres, Paris, premier au classement, ramène ses coqs pour rester en tête de poule (ahah) alors que les Hawks veulent prouver qu’ils ne subiront pas de défaite à domicile.

Munis de leurs poulets australiens, la basse-cour parisienne fait une entame de match physique contre des Hawks solides et engageant.

Cependant, la défense toulousaine reste de marbre face aux tentatives des gallinacées, et la première mi-temps s’achève sur un score monstrueux de 1 goal contre beaucoup pour les Toulousains (57-11). Les toulousains, jouant sur de nombreux changements et une puissance physique supérieure, ont pris leur envol. A noter l’apparition de Théo en full forward qui permettra d’emmener une profondeur de jeu inattendue en attaque, et la constance de nos défenseurs (anciens comme nouveaux), qui permettent d’avoir une annihilation totale de la ligne offensive adverse. Les milieux font leur taff, comme d’hab, et tous les nouveaux montrent qu’ils méritent amplement leur place pour emmener l’équipe au niveau supérieur.

 

La seconde mi-temps s’avère plus complexe et les toulousains subissent une attaque parisienne plus performante, qui permet aux parisiens de réduire l’écart sans toutefois affoler nos locaux. La fin du 3° quart temps emmène les toulousains à 3 points de la centaine alors que leurs adversaires dépassent enfin les 30 points.

La fin du match permet à notre ruck bien aimé Marc-Antoine de réussir avec brio la pire action du match. Avec le bagout et le dédain qu’on lui connait si bien, notre gigue internationale, sur la ligne des 22, après une magnifique récupération de ballon, se met à courir vers l’aile gauche afin d’éviter un adversaire parisien lui fondant dessus. Faire une passe en arrière ? c’est pour les pleutres. Mettre un crochet et tenter le goal avec un kick correct ? J’suis pas un échappé !

Tentative d’exter’ avec le pied droit qui malheureusement ne donne pas l’effet escompté et envoie directement et magnifiquement le ballon en touche sous les applaudissements nourris des spectateurs, appréciant la beauté du geste et le courage de notre infortuné joueur.

La fin du match sonne après 80 minutes sous un soleil magnifique et sur le score fatidique : 136-41. Les festivités peuvent commencer.

41_136

 

Rendez vous au Snapper après un Domac de gros. Ainsi, a lieu l’élection du boulet du match, vous aurez deviné à qui revient la palme. C’est donc avec style que Marco hérite du boulet, mais aussi du string Borat qu’il aura à cœur de porter toute la soirée. On remerciera le Snapper pour nous fournir les shots, les bouteilles, mais aussi la tenue de Telétubbies dont Yvan héritera (le pauvre, déjà pas gros, à perdu le peu qu’il avait sur le dancefloor après avoir fait rêver l’intégralité du bar en improvisant un danse érotique digne des meilleurs shows télévisés qui peuvent passer à ces heures-ci sur Canal.

Sacré moment passé avec les parisiens en tous cas, on ne se rappelle pas forcément de la fin, mais ça, tout le monde le savait déjà. On les remercie chaleureusement pour être descendus et on attend la suite avec impatience !

Toulouse reste donc en tête du classement, invaincus depuis ce début de saison. Prochain match contre Lyon dans 1 mois !

Pour l’équipe,

Grégoire